Publié le 10 mars 2015 | par Rédaction

Les amateurs de micro urbaines ne peuvent que se réjouir de la venue d’une nouvelle Smart ForTwo toujours aussi décalée, agile et maligne. À ses côtés, Smart (re)tente l’aventure d’une ForFour directement issue du partenariat avec Renault.

Avec environ 1,5 million de Smart vendues en 15 ans, on peut dire que le concept ForTwo est une véritable réussite. Ultra compact, ce joli petit insecte des villes a offert une réponse concrète aux questions de mobilité urbaine, qu’il soit question de manœuvrabilité ou d’espace occupé. À côté de lui, le cousin ForFour propose une habitabilité accrue (4 places dans 3,49 m de long) en conservant certains atouts de conception (personnalité, agilité, qualité) et d’usage (cotes, diamètre de braquage, tempérament en ville).

Presque parfaite

Peut-on dire qu’elle a changé ? Dans l’absolu, non : on reconnaît une Smart au premier coup d’œil. Et pourtant, à y regarder de plus près, on notera un changement de calandre et d’optiques, un logo plus développé, un arrière tout en rondeurs, ainsi qu’une nouvelle collection de jantes. De quoi se fabriquer un look nouveau sans révolutionner son ADN.

SMART_FORTWO_face_avant-2.jpg

C’est cependant à l’intérieur que le principal changement a été porté, avec une déco bi ton (orange et noir, ou bleu et blanc, par exemple…) franchement décalée qui réjouirait Casimir ou n’importe quel Playmobil. Les conducteurs emprunts de classicisme se tourneront plus volontiers vers un intérieur noir, ou gris foncé et blanc. Sous le capot, deux choix essence sont possibles : soit une solution à 71 ch (91 Nm) avec Stop & Start pour 93 g de CO2 et 4,1 l en cycle mixte, soit le même trois cylindres aidé par un turbo cette fois, pour 90 ch (135 Nm), 97 g de CO2 et 4,2 l en cycle mixte.

Même si les valeurs de consommation sont à majorer dans le contexte d’une utilisation urbaine (le réservoir de 35 litres laisse espérer une autonomie de 500 à 650 km selon le style de conduite adopté), la ForTwo reste intéressante en coût d’utilisation. Au volant, on note que le nouveau châssis offre plus de rigueur en termes de tenue de route et l’on demeure bluffé par le phénoménal diamètre de braquage réduit à 6,95 m. Les stationnements et les demi-tours en sont considérablement facilités.

La suspension est hélas un peu sèche, ce qui rend la route moins agréable en ville. Mais une direction directe et des sièges bien conçus compensent ce bémol. À noter que la boîte manuelle à cinq rapports présente deux premiers rapports assez longs – caractéristique plutôt avantageuse en ville. Une mention très bien sera décernée au GPS sur écran 7”, précis et hyper réactif, qui nous change de certains calculateurs à vapeur…

SMART_FORTWO_volant.jpg

La finition “Business +” concoctée par Smart comprend, entre autre, une climatisation automatique, des rétroviseurs électriques dégivrants, deux airbags, un ESP plutôt efficace et (enfin !) un système de stabilisation au vent latéral. Ajoutez des options décoratives au choix (calandre, panneaux de carrosserie), le bluetooth, des prises AUX/USB, une commande vocale et le tour est joué… pour 14 100 € ou 15 200 €, selon la motorisation. Un tarif plutôt élevé, certes, mais qui a goûté aux facilités qu’offre la ForTwo en ville n’hésitera guère longtemps !

Oui mais

Inutile de vouloir comparer ForTwo et ForFour, la plus grosse différence étant dans le nom même de ces sœurs quasi jumelles. Deux places de plus donc, et un coffre (de 185 à 975 l) se soldent par une longueur supérieure (3,49 m vs. 2,69 m) et une diamètre de braquage un peu moins performant (8,65 m). On note en outre que l’écart de prix moyen entre ces modèles est en moyenne de 900 €. La vraie concurrente de la ForFour 2 s’appellerait plutôt Twingo 3, ces deux-là sortant des mêmes chaînes de production où elles partagent plateforme, moteurs et équipements à concurrence de 60 % de pièces en commun.

SMART_FORFOUR_lateral.jpg

C’est dire que c’est plus sur le look (plus valorisant pour ForFour) et le rapport prix/équipement (plus en faveur de Twingo) que le choix se fera. En effet, les rivales se répartissent très harmonieusement leurs qualités (maniabilité, agrément citadin, volume) et leurs défauts (amortissement sec, moteur mou sur route, confort intérieur). Au final, pour une fourchette tarifaire allant de 13 500 à 16 500 en fonction des motorisations et du niveau d’équipement, c’est le goût de l’acheteur et l’image de l’entreprise qui l’emporteront sur la seule raison.

Axel Ekman

Smart ForTwo Business + S&S

Fiche Technique :
Puissance : 71 ch à 6000 tr/mn
Moteur : 3 cylindres essence
Couple : 91 Nm à 2850 tr/mn
Vitesse maxi : 151 km/h
Consommation : 4,1 l/100 km
Émissions CO2 : 93 g/km
Prix : 14 100 €

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...