Publié le 29 septembre 2017 | par Rédaction

PSA annonce qu’il sera capable de proposer d’ici moins de trois ans un modèle qui pourra se conduire sans les mains sur le volant, une première très importante dans le développement de la voiture autonome.

Comment réduire les accidents de la route ? PSA semble avoir la réponse. « ‘’Supprimer’’ le conducteur permettrait de diminuer considérablement les accidents, car 90 % d’entre eux sont liés à un facteur humain », présente Jean-François Huère, en charge de la mobilité chez PSA lors d’une présentation du projet AVA (Autonomous Vehicle for All) sur le véhicule autonome.

Depuis le lancement en 2015 du projet, les prototypes du constructeur ont déjà parcouru 125 000 km sur les quatre-voies d’Europe. Aujourd’hui, PSA passe à la vitesse supérieure en proposant à des conducteurs lambda de venir tester la voiture autonome, une première en France. Objectif : analyser le retour de ces utilisateurs pour améliorer les performances.

psa_voiture_autonome.jpg

Nous avons eu l’occasion de monter à bord d’une voiture autonome en tant que passager sur une vingtaine de kilomètres. La sensation est étrange. Les premiers kilomètres sont peu rassurants, d’autant plus qu’en cette journée très ensoleillée de juin, les radars, caméras et Lidars sont perdus par les ombres projetés des arbres le long de la route. Mais très vite, le système reprend la main et file à 110 km/h en plaçant la voiture correctement sur sa voie, respectant les distances de sécurité, doublant lorsque c’est nécessaire et anticipant le comportement des autres automobilistes. On prend alors confiance en la technologie bien que l’on ne peut s’empêcher de garder ses yeux sur la route. Au cas où.

Rappelons qu’il existe quatre niveaux de conduite autonome : hand on, hand off, eye off et mind off. Le premier est le niveau actuel ; ce sont toutes les aides à la conduite (ADAS) disponibles sur les voitures d’aujourd’hui, comme le régulateur de vitesse adaptatif ou le freinage automatique. Elles ne fonctionnent que si l’on garde les mains sur le volant. Pour la fin de l’année, PSA promet sur le futur DS7 un niveau d’ADAS inégalé. Le deuxième est une étape importante : la conduite sans les mains sur le volant. PSA proposera en 2020 des modèles dotées de cette technologie. Le troisième niveau, c’est le début de la voiture 100 % autonome : vous n’êtes plus obligés de regarder la route, les caméras et les radars le font pour vous. Chez PSA, il est prévu vers 2025. Il sera suivi rapidement par le dernier niveau où vous pourrez vraiment faire autre chose que conduire.

La voiture autonome soulève un certain nombre de questions, notamment sur la responsabilité en cas d’accident. PSA se veut rassurant. « Aujourd’hui, voiture autonome ou pas, la loi oblige les assurances à indemniser les victimes », explique Jean-François Huère. « En cas de faute, les compagnies peuvent se retourner contre le responsable ». Pour cela, PSA prévoit d’implanter des logiciels de contrôle pour savoir lors d’un accident, si c’est la voiture ou le conducteur qui était défaillant.

Christophe Bourgeois

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...