Publié le 22 mars 2017 | par Rédaction

Volkswagen a été le premier constructeur européen à proposer un gros pick-up 4×4 d’une tonne de capacité utile : l’Amarok. Lancé en 2009, la nouvelle génération d’Amarok vient d’être commercialisée : si esthétiquement il s’agit d’un léger lifting, les choses changent dans la salle des machines avec un unique moteur V6 3.0 TDi.

Les pick-up sont assimilés à des véhicules utilitaires. Ils profitent donc d’une fiscalité favorable puisqu’ils ne sont pas assujettis au bonus / malus et ne doivent pas non plus s’acquitter de la taxe sur les voitures de société (ou TVS).

vw_amarok_face_avant.jpg

En revanche, attention à la récupération de TVA qui est impossible sur les pick-up double cabine. D’ailleurs, l’Amarok est uniquement disponible en version double cabine cinq places. Ces données ont incité Volkswagen à profiter de cette fenêtre de tir lors du renouvellement de l’Amarok. Désormais, l’Amarok est disponible avec un unique moteur V6 3.0 TDi proposé en trois niveaux de puissance : 163, 204 et même 224 ch. A noter que pour le moment, seules les versions 204 et 224 ch sont disponibles en France.

Un joli plumage

Esthétiquement, le nouvel Amarok reste très proche du précédent modèle. Le restylage n’a d’ailleurs porté que sur la face avant avec l’apparition d’une nouvelle calandre, de nouveaux phares ainsi que de nouveaux boucliers. L’Amarok adopte ainsi une signature proche de celle des autos de la marque. Le reste n’évolue pas et la caisse, tout comme la benne (une des plus grandes de la catégorie) restent identiques.

vw_amarok_benne.jpg

L’Amarok en impose avec ses plus de 5,30 m de long et plus de 2,20 m de large en comptant les rétros. A ceux pour qui le look compte avant tout, Volkswagen propose toute une gamme d’équipements et d’accessoires (rampe de phare de toit, enjoliveurs d’arceau, couvre-tonneau ou hard top pour la benne). Attention quand même à la hauteur hors tout qui est importante et limite l’accès à certains parkings souterrains.

Un ramage impressionnant

La plus grosse nouveauté se tient sous le capot. Il est temps de mettre le contact et de démarrer le gros V6. Discret dans l’habitacle au ralenti, il distille néanmoins un joli son et ne demande qu’à monter dans les tours. Dans sa version 224 ch, ce moteur fait preuve d’un beau tempérament et est capable d’emmener très facilement les près de 2 tonnes de l’engin, notamment grâce au niveau de couple très important (550 Nm) disponibles dès les plus bas régimes (1 400 tours/minute).

L’Amarok semble dès lors plus léger et la moindre pression sur l’accélérateur se traduit par une franche accélération. Ce gros moteur V6 donne le sourire au conducteur en toutes circonstances. Bien entendu, l’Amarok reste un gros pick-up et ne dispose pas de trains roulants prévus pour faire une spéciale dans les Alpes. Il est néanmoins possible de rouler vite, avec un réel plaisir à son volant. La boîte automatique à 8 rapports est bien étagée et permet de profiter en permanence du couple et de la puissance disponibles.

vw_amarok_gps.jpg

Reposant sur un solide châssis échelle, l’Amarok dispose d’un comportement routier sain et agréable. En cas d’excès d’optimisme, le conducteur peut compter sur des freins efficaces et le soutien de l’ESP qui veille au grain. Malgré la présence de ressorts à lame à l’arrière, l’Amarok offre un confort élevé sur route, y compris à vide.

Un vrai 4×4

Gros moteur, boîte auto 8 rapports, près de deux tonnes sur la bascule : et pourtant, l’Amarok est un vrai 4×4 capable de très belles performances en tout-terrain. Il bénéficie d’un blocage de différentiel arrière ainsi que d’un système d’aide à la descente ou encore d’un réducteur. Il est proposé en trois types de transmissions : permanente 4Motion, intégrale enclenchable et 4×2 (uniquement sur le 163 ch). Les versions 4×4 sont capables de belles prouesses et disposent d’aides électroniques pour le franchissement, comme le contrôle de vitesse en descente.

L’Amarok est capable d’affronter des pentes à 45°, des dévers impressionnants et des bourbiers imposants. Souvent, ce sera la volonté du conducteur à emmener son Amarok dans de telles situations qui détermineront les limites, pas les capacités du véhicule.

vw_amarok_moteur.jpg

Un intérieur flatteur

Dès son lancement, l’Amarok a été considéré comme le plus VP de tous les gros pick-up. La nouvelle génération d’Amarok renforce cette sensation. Les finitions intérieures sont très plaisantes et proches de celles des autos de la marque même si le plastique dur reste omniprésent.

Dans les finitions haut de gamme (Carat et Aventura), les passagers peuvent profiter de sièges en cuirs à réglages électriques ou de systèmes multimédia de dernière génération intégrant l’interface « App Connect » qui permet de transférer des applications pour smartphone vers l’écran tactile. Mirror Link, Apple CarPlay et Android Auto sont également compatibles. Les passagers arrière sont aussi plutôt mieux lotis que dans les autres pick-up de la catégorie avec une banquette pas trop verticale et une assise confortable.

vw_amarok_reservoir_adblue.jpg

En conclusion
Encore plus haut de gamme, le nouvel Amarok profite de la fenêtre fiscale pour proposer des motorisations V6 ultra agréables et plaisantes à utiliser. Pourvu que cela dure et même donne des idées à ses concurrents.

FICHE TECHNIQUE
– Motorisations : V6 2 967 cm3
– Puissance : 204 / 224 ch
– Equipements de série : ABS, ESP, 7 airbags, freinage automatique post-collision, ordinateur de bord, antibrouillards, jantes en alliage 17″, antibrouillards, vitres teintées, volant multifonction, climatisation semi-automatique, verrouillage centralisé, régulateur de vitesse…
– L x l x h : 5 321 x 1 954 x 1 834 mm
– Poids tractable maxi : 3 500 kg
– Charge utile maxi : 1 000 kg
– Dimensions benne (L x L x h) : 1 555 x 1 620 x 508 mm
– A partir de 41 856 € TTC (204 ch)

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...